2010, le changement

      Aucun commentaire sur 2010, le changement

Nous voilà donc en 2010, très probablement une nouvelle grande année pour moi après l’année 2005. Changements dans quasi tous les domaines, ça va donner du lourd tout ça !

Il y a des années comme ça, elles sont charnières. 2010 en fait partie. Même si certaines sont encore bien loin, une année ça passe vite et il ne faut pas le négliger. D’autres par contre sont très proches…

Le plus proche et pas le moindre, c’est le retour du come back de la vengeance du misric’killer, le bien nommé Kaprice des Roches. Parce que je veux absolument des résultats, et parce que mon escalope diesel n’arrivait pas à m’y amener, j’ai donc décidé de changer la donne. Passage d’une handicapée physique à un handicapé mental (patapé Tac /o\), tous les espoirs restent permis. Après les 2 tours à Ozoir du 22/11 avec 10 et 20 points et les 2 autres du 2/12 avec 8 et 8 points, l’optique de changer est devenu primordial. Il le fallait, et vite.

L’organisation se mis en place relativement rapidement. Un cheval à réinitialiser, ça demande un peu de temps. Tondage, ferrage, dépucelage. Ah tiens, ça commence à ressembler à nouveau à un cheval. Niveau compétences il a nettement moins perdu que ce qu’il a perdu en poil, et heureusement… Niveau caractère par contre c’est l’expectative la plus complète…

Un champ de marijuana, c’est là qu’il a du passer du temps. Sur un nuage le pépère, totalement apaisé et décontracté. Mou de la couille qu’il n’a plus et tension a raz les paquerettes… Depuis maintenant presque une semaine qu’il est là, le sentiment reste le même. Est-ce qu’il va rester calme longtemps? A voir.

Par contre, le plus long va être de changer les gens. Et oui, m’sieur se ballade une très mauvaise réputation et quelle que soit son comportement, il est mal vu, il est rejeté et pas forcément accepté. Ce qui surprend le plus, c’est que traverser l’écurie avec Kap relève du parcours du combattant si on ne veut pas se faire mordre par un cheval au passage… Méchant, Kap? Pas le seul visiblement… Dans tous les cas, j’ai bien envie de montrer à tous que les préjugés c’est mal, et qu’on arrive à tout quand on le veut.

Le travail va bientôt reprendre avec lui, ça va être l’occasion dans le temps de voir comment ça se passe. Apriori plutôt favorable pour ma part, je vais quand même rester prudent, il sait quand même de temps en temps retrouver sa tête de lard.

Je laisse donc ma grosse escalope, qui après une visite du masseur devrait maintenant vivre paisiblement en faisant sa morue avec les débutants. Pas question de l’abandonner, ça reste et ça restera ma grosse, et j’aurais toujours un oeil sur elle.

Pas de regrets, pas de remors, aller de l’avant et y croire. Optimisme, quand tu nous tiens 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *