A force de patience on arrive à tout… enfin pas encore…

Parfois un cours d’équitation, ça se passe super bien. Parfois…

photoss.jpg
 L’équitation, c’est un sport particulièrement complexe, surtout quand on essaie de faire autre chose que n’importe quoi. C’est une langue qu’il faut apprendre pour communiquer avec le cheval. Le soucis, c’est que chacun a son patois local, qu’il est le seul à comprendre. Et apprendre le patois, c’est long, usant et plein de désespoir. Car au début c’est vraiment la misère. Tu comprends pas pourquoi ça marche pas, mais y’a un truc qui colle pas qui fait que t’arrives à rien. Tous les chevaux sont normalement dressés à peu près pareils, ils sont censés comprendre ce qu’on leur dit et agir en conséquence. Mais ça c’est la théorie.

En pratique il faut savoir modifier légèrements la prononciation de toutes les aides qu’on peut avoir besoin pour arriver à la bonne combinaison. J’ai cherché ce soir, Emilie m’a donné bien du fil à retordre. J’ai pas trouvé. J’ai enchainé erreurs sur bêtises, alliant l’énervement et le désespoir. Les choses ne se sont pas améliorées. Ca fait bien longtemps que je ne l’avais pas monté celle là, trop longtemps pour me souvenir du mode d’emploi.

Mais il faut être positif quand même, ce cours, même si aucun résultat n’est visible, est une étape parmis les autres. Ressentir le cheval. Comprendre ce qu’il attend, faire corps avec lui. Vivre et ressentir comme lui, ce serait l’idéal. Parfois j’ai l’impression de ressentir quelque chose. Mais c’est encore trop bref pour donner un résultat, jamais plus de quelques secondes…

Beaucoup de travail, peu de résultats. C’est triste, ça fait mal, c’est usant, mais c’est comme ça. On ne gagne pas à chaque fois. Par contre je recommencerais volontiers. Tout vient à qui sait attendre…

1 thought on “A force de patience on arrive à tout… enfin pas encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *